Présentation

  • : Le blog du militant socialiste Alain Detavernier à Istres
  • : Alain Detavernier, militant socialiste authentique et fraternel livre sur son blog ses réflexions politiques
  • Contact

Humour

La vidéo du moment

Texte Libre

banniere

17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 08:57

 

Après la conférence de presse du président de la république, le moins que l’on puisse dire est que la presse opte délibérément pour joindre l’utile….. au désagréable. En effet quoi de plus important que la vie privée du président pendant que celui-ci annonce ni plus ni moins qu’une relance dynamique de notre économie ! Sauf que les intérêts financiers des groupes de presse ne sont pas les mêmes que ceux du français moyen, du jeune au chômage ou du chef d’entreprise en quête de développement. Mieux vaut vendre du papier!

A force de lire et d’entendre que depuis dix-huit mois rien n’a été fait des promesses de 2012 et bien regardons un peu dans le détail, les suites du discours du Bourget.

Mon adversaire, la finance ! Tout d'abord une loi française séparant banques de dépôts et d'affaires, puis une loi européenne voulue par F. Hollande rendant les banques « seules solidaires » de leurs faillites éventuelles. Ensuite arrive l’obtention de la levée du secret bancaire des paradis fiscaux (retour massif des fraudeurs), puis la symbolique création d’une tranche à 75% au-delà d’un million d’euro/an et beaucoup d’autres actions moins visibles.

Soutenir l’éducation nationale et priorité à la jeunesse ! 2012/2013 création de 150 000 empois d’avenir plus 50 000 en 2014. Création du contrat un jeune embauché pour un départ en retraite à venir. Création de 60 000 emplois dans l’éducation nationale et aujourd’hui l’ajout d’un effort important au profit des anciennes ZEP avec revalorisation immédiate du salaire des enseignants dans ces zones en difficultés structurelles.

Réforme des retraites et social. Deux toutes petites actions, qui bien sûr, soulevaient le plus de divisions mais qui bouleversent notre société. Dans un cas, prise en compte des travaux pénibles et d'une formation validée sur toute une carrière. Dans l’autre, reconnaissance du mariage pour tous  qui donne à la France le droit d’être une société moderne qui vit avec son temps. Dans le même temps des décisions ont sécurisé les lois permettant l’avortement libre car les mêmes qui manifestaient contre le mariage pour tous ont montré leur volonté de revenir aussi sur cela. Vous avez dit réactionnaires?

Je réduirai le chômage et j'obligerai l’Europe à réduire la rigueur budgétaire. Incontestablement il y a un ralentissement du chômage même si l’objectif reste l’inversion de la courbe. Concernant le déficit budgétaire, il est en nette réduction alors qu’en 2012 et 2013 il a fallu assumer les engagements non financés de Sarkozy. Supression des heures sup non imposées. Simultanément, comme promis durant la campagne la France obtient de l’Europe et du FMI, la réduction de la rigueur budgétaire qui s’ajoutait à la crise financière.

Voila ! Il en manque beaucoup et d’autres actions comme les interventions militaires, l’échec du sauvetage de certaines entreprises sont eux aussi une réalité que je regrette sincèrement. Mais qui croira hors Mélanchon, que tout n’a pas été fait pour empêcher ou réduire la portée de ces désastres industriels ? Penser que seule cette vision pessimiste va redonner aux français l’envie de se lever pour redresser ensemble notre pays, pourrait-être une erreur fatale. Bien sûr, milles et une raisons peuvent justifier la facilité qu’il y aurait à regarder ailleurs et ne plus voter ou à préférer le parti de l’intolérance et du « fascisme en tailleur ». Mais la république reste unie et indivisible ! Il est largement temps que tous ceux qui peuvent faire force à l’échec, se rassemblent et s’unissent, même si ensuite chacun reprend son chemin.

Concernant ma ville d’Istres. A titre personnel, je suis extrêmement heureux que des personnalités d’envergure nationale comme Samia Ghali, Patrick Mennuchi, Eugène Caselli, Arlette Carlotti, Christophe Masse ou Vincent Burroni soient sortis de leur silence pour dire leur approbation du choix de François Bernardini de rassembler les forces vives de notre ville. Du gouvernement au département en passant par l'assemblée et le sénat, toutes les strates de notre république sont ici représentées. Que l’on me comprenne bien concernant la liste "Nous sommes Istres". Politiquement l’étiquette politique de certains ne m'enthousiasme pas, mais ils font partie du choix démocratique local. Au sein de l’équipe municipale, ils devront comme tout élu majoritaire, accepter une solidarité sans faille tout au long du mandat et pour tout le programme! Cette stratégie de rassemblement gagne aujourd’hui une grande partie des communes de France. La crise économique et sociétale que nous traversons, n’y est pas étrangère. Il faut se relever les manches durant un temps et ensuite une fois à l’abri des récifs, nous pourrons de nouveau regarder nos différences.

J’ai aujourd’hui malheureusement bien plus de trente années de socialisme militant et un peu plus de syndicat. J’aimerai que ceux qui croient encore à Jaurès, Blum, Guesde, édouard Vaillant ou Mitterrand acceptent simplement de faire confiance à ceux qui depuis longtemps travaillent à changer notre société. Sans révolution, sans dogmes, sans aprioris. Juste avec l’idée que l’homme dans ce monde est bien plus important que le reste. Notre section socialiste d’Istres est encore capable de montrer cette sagesse avant que l’électorat istréen ne lui montre lui son désaveu. Avant de réagir sur des problèmes de personnes, il serait temps d’agir dans le seul intérêt de nos concitoyens. C'est pour cette raison que malgré 2008 et les trahisons, je soutiens la liste conduite par François Bernardini.

Les apparences que les médias donnent à l’action de François HOLLANDE sont aussi trompeuses que les craintes vécues par une minorité des responsables de la section socialiste d’Istres. Pour les médias je ne peux pas grand-chose, mais pour les militants d'Istres qui sont inquiets, je leur dis simplement et ce depuis trois ans, « rassemblons la famille ! ».

Des trains arrivent à l’heure. Prenons-les ! 

Peut-être que ceux qui arrivent en retard, n’arriveront jamais. 


Important : Une bonne action culturelle, pour que de jeunes artistes puissent continuer leur oeuvre istréenne! 

Vous le savez (ou pas) mais Jean Luc a créé l’an dernier une comédie musicale (il a tout fait avec ses petits doigts…) le spectacle a été un succès  (près de 3000 spectateurs quand même…) ! Face à la demande, l’idée est née d’enregistrer l’album !! ci-dessous un lien de pré-vente de cet album histoire qu’on ait les moyens d’aller en studio…

         Si ça vous dit….                 http://www.kisskissbankbank.com/tersis-le-disque?ref=search

 


Repost 0
Published by Alain Detavernier - dans Politique Locale
commenter cet article
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 17:16

marianne_ancienne_1239283961.gifLa Provence du 10 décembre dernier m’apprenait que la lecture de ce blog avait servi à une journaliste pour commenter l’action de rassemblement menée par François Bernardini. Tant mieux! Dans ma famille politique, je souhaite depuis longtemps qu’après les chicayas locales qui ont conduit à la division, la section locale du PS puisse contribuer d’une façon ou d’une autre à la vie municipale. En 2008, ma candidature face à celle de François Bernardini fut tout autant une opportunité militante, que l’expression d’une différence d’approche politique proposée aux Istréens. Humainement, même après un échec électoral, je garde de l’affection et du respect pour notre maire, par-delà nos singularités. Adversaire mais jamais ennemi, sinon il nous faudrait faire autre chose! La vie politique est forcément parfois douloureuse pour un élu, mais il doit s'obliger à dépasser les luttes partisanes afin d’agir dans l’intérêt général. Très récemment pour Mandela, la planète entière assistait aux obsèques d’un géant qui a su, après vingt-sept années d’enfermement, tendre la main à ses geôliers pour que son pays et pas seulement son peuple, retrouve son unité. Istres est bien sur très éloigné de cette situation, mais je refuse l’idée même que nos divisions puissent être un alibi à l’expression d’un vote de colère, bénéficiant à un parti, qui ne mérite même pas d’être cité ici. Alors, nous devons agir pour que jamais ce courant de pensée, intolérant, xénophobe et raciste, ne puisse se targuer d’un quelconque résultat, fusse-t-il modeste, sur notre commune. Au regard de l’histoire de France et tout comme l’un de nos anciens maires (un socialiste) a su courageusement dire non au pétainisme, nous devons préférer la république des démocrates à l’aventure extrémiste. Vitrolles fut une erreur, mais aussi la preuve que ce parti ne peut être une solution. Après l’élection présidentielle, certains à droite ont de nouveau mis en doute la légitimité de François Hollande au pouvoir, exigeant qu’il répare en 18 mois, 10 années de saccages. Donc, dans ce contexte national où l’effort demandé à chacun peut inciter des électeurs à des choix inconsidérés, nous devons tous dépasser nos différences pour montrer à ceux qui désespèrent de la république, qu’elle reste la seule issue possible sans perdre son âme. La présence de personnes aux sensibilités différentes, voire très différentes de la mienne, ne doit pas être un obstacle pour une liste communale. Le manque de diversité peut aussi motiver une telle liste, à condition que de facto, les nouveaux soutiens intégrent le programme de la majorité. Divers Gauche depuis plusieurs élections, la municipalité actuelle semble satisfaire la majorité des istréens. Après tout, ce sont bien eux qui décident de leur futur et à ce jour, seule cette liste existe à gauche, pendant que la droite présente deux listes. Il sera difficile de prétendre que l’UMP ces dernières années ne s’est pas aventurée sur les thèses du FN, allant jusqu’à comparer le supposé sectarisme socialiste et celui du FN selon un ex premier ministre. Même le défenseur du pain au chocolat, J.F Copé n’avait pas osé ! Je passe sur Roland Chassain, futur "exclu" selon Copé l'UMP mais investi par l'UMP de Copé aux Saintes! Alors lui et quelques autres font directement appel à voter FN, lorsqu'ils s'effacent pour un second tour. Face à ces actes lamentables, politiquement, choisir le rassemblement n’est ni du courage, ni de l’opportunité, mais plutôt faire en sorte que la résistance s’organise . 

 En cela, c’est un devoir républicain. 

Repost 0
Published by Alain Detavernier - dans Politique Locale
commenter cet article
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 20:23

FOTO-DETAV-EXT-copie.jpgDepuis mars 2008, il m’a fallu faire en sorte non pas seulement d’accepter un échec, mais surtout de comprendre pourquoi l’envie d’être maire d’Istres, m’avait amené lors d'une période de politique locale compliquée, à être candidat. Vingt années comme élu de cette ville n’auront pas suffi à me désespérer des hommes! En 2008, j'ai découvert naïvement que l’adversité politique n’était pas en face, mais dans mon propre camp. Pourtant, la liste « Authentique et Fraternelle » avec 17% au premier tour n’avait pas démérité. Son retrait dans la dignité, sans compromission et avec respect pour ses électeurs, nous a permis et je le dis particulièrement pour ce qui me concerne, de pouvoir marcher la tête haute, sans jamais devoir baisser les yeux devant qui que ce soit. Et ceci, pas plus lorsque j'ai refusé la proposition "fairplay" du gagnant pour siéger avec le Grand Istres au SAN, que lorsque mon expertise professionnelle m'a permis de contribuer aux chances de développement de la plate forme aéronautique Istréenne, futur pôle d'entreprises et d'emplois. 

Durant les six dernières années, nombreuses ont été les demandes pour savoir si je repartirai et avec qui ! En attendant, ce blog m’a permis de continuer à exprimer un point de vue purement personnel qui à chaque scrutin je le crois, m’a installé dans un rôle d’observateur attentif et vigilant de la vie politique. Depuis 35 ans comme militant PS, j’ai eu la chance de connaître l’ivresse des victoires et le goût amer des défaites. Pour être de gauche, il faut avoir en soi une part de rêve, ou d’utopie diront certains. Aujourd'hui encore, je garde les deux au fond de moi. Ce sont mes anciens camarades de travail qui m’ont inspiré le goût des luttes sociales et c’est avec la même espérance que j’ai continué tant bien que mal à fréquenter la section socialiste d’Istres. Pendant cinq ans, dernier mohican d’une époque passée, j’ai tenté malgré les oppositions imbéciles, de défendre ce que je crois avoir compris de Jaurès, Blum ou Mitterrand et donc, d’abord de rassembler ma famille. Depuis quelques mois, j’ai donc tenté de rapprocher ceux qui ne se parlaient plus que par article de presse interposé. Malgré les ragots et leurs stupides colporteurs, j’ai maintenu ce cap pour rassembler ceux qui regardaient à gauche, vers un même horizon. Puis ce fut l’arrivée d’un candidat parachuté d’extrême droite avec comme conséquence, l'expression du non choix des dirigeants de la section en cas d'un éventuel second tour Bernardini / FN. Cette hérésie politique de nos responsables, déjà m'incitait à devoir prendre publiquement position. Puis, Jeudi dernier lors de l'ultime réunion annuelle, il a été envisagé pour la première fois depuis 40 ans à Istres, que le PS ne soit pas présent ! Des militants dévoués et prometteurs risquaient ainsi de ne pas connaître le plaisir d’une élection, pour peut-être servir leur ville et leurs concitoyens. En conséquence, j’ai décidé d’appeler les militants socialistes à être présents "coûte que coûte" face au FN, à agir et faire obstacle à ce danger avec leur étiquette du poing et de la rose. 

En 2008, j’ai porté officiellement et fièrement les couleurs socialistes. François Bernardini était candidat sans investiture mais chacun sait que la plupart des voix de la liste « Authentique et fraternelle » se sont portées sur son nom au second tour. Nos différences politiques ne sont rien par rapport à celles qui nous séparent des extrêmes. Au contraire, elles nous obligent à l'effort en commun!

La stratégie de la famille Le Pen est claire et la souffrance de nos concitoyens pour effacer les méfaits du sarkozysme, ne doit pas être un prétexte pour choisir un remède pire que le mal. En 2002 la droite républicaine a pu constater combien la gauche et ses électeurs étaient attachés à notre république et sa démocratie. Même si je la respecte, que la droite locale se divise n’est pas mon problème, que des grincheux se tortillent ou que de vieux chevaux de retour s'agitent frénétiquement, tout cela ne m'émeut pas le moins du monde. Quoi qu'il advienne, les extrêmes deviennent objectivement complices! Par exemple, les insultes de J.L Mélanchon contre le gouvernement sont la preuve que par rancune, le "Che Guevara des vides greniers" est rongé par le désespoir d'être définitivement out ! Son esprit a "lepenisé" son action.

C'est pour cela que la gauche ne peut favoriser par l’éclatement de ses voix, l’émergence d’un fascisme masqué. Ceci reste de ma responsabilité d'homme, de citoyen, d’ancien élu de la ville et dernier candidat du PS à Istres. Alors, même si je ne souhaite pas repartir pour une course électorale, je souhaite néanmoins que la gauche se rassemble pour maintenir le FN hors d’Istres et faire que notre ville reste et demeure fière de son histoire politique, sans tâche ! 

J'aurai préféré écrire sur le géant "Nelson Mandela" ou sur la probable inversion de la tendance du chômage promise par FHollande, mais que dans mon propre camp des inconscients se préparent de nouveau à faire prendre des risques terribles aux Istréens, m'est apparu bien plus que dangereux. Alors tout le monde ne sera pas content, mais moi en conscience, je suis serein et tranquille.

Repost 0
Published by Alain Detavernier - dans Politique Locale
commenter cet article
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 12:52

           article hollande contentDans un contexte politique difficile, la puissance des médias nous mène à confondre une victoire du FN dans un canton de 4000 âmes, qu’il détenait auparavant, avec la gestion d’un pays de 65 millions de décideurs potentiels. Les temps sont durs mais quand même.... Cela permet seulement aux allumés de tout bord d’accuser à la fois le gouvernement en place, le nouveau président élu et cerise sur le gâteau, de mettre en cause une république à bout de souffle !  N’en jetez plus, de grâce n’en jetez plus !

Finalement, la maxime « Ma république pour Brignoles » sonne bien mieux que « mon royaume pour un cheval ». Dérisoire, médiocre, pour tout dire authentiquement minable. Loin de moi l’idée de nier l’évidence d’un gouvernement qui « patachone » autant que l’opposition « caquette ». Vous ne trouverez ici, nul argument pour nier l’évidence d’une orientation plus économique que sociale de la politique menée par Ayrault/Hollande. De fait la déception est là et si l’électeur qui a voté Hollande est déçu, le militant lui est blessé car il sait qu’au-delà des provocations et moqueries qui vont l’atteindre, il n’a pas d’autres choix que de rester debout et lutter contre les décisions qui le contrarient lui aussi. Sinon, quoi d’autres de possible ?

Suivre Mélenchon dans ses excès, s’est objectivement apporter son soutien au FN. Construire son existence sur la faillite des autres est typique d’une vision passéiste et ringarde.

Convoler avec le centre de Bayrou serait une utopie. Non pas que les électeurs et les représentants de cette « non tendance » soient des incapables, mais la France a enfin compris que réfléchir longtemps pour ne décider de rien, était parfaitement inutile.

Reste l’opposition nationale UMP. Elle se contente d’avoir oublié très vite les raisons de son renvoi en mai 2012, de nier l’échec économique catastrophique issu de dix années de gestion libérale, d’omettre le choix délibéré d’accroitre les charges sur les plus défavorisés au profit exclusif des plus riches, d’oublier que 18 mois avant la présidentielle aucun licenciement massif ne devait être annoncé mais était reporté après Mai 2012! Qui peut penser honnêtement qu’en 18 mois de gestion Hollande, rien n’a été fait et que dans le même temps, il aura fallu absorber tout ce qui était caché sous le tapis Sarkozyste ! Que sont devenus les triples A, les invectives du FMI, la crise de l'€ et de la finance?

Alors que devons-nous faire ? Pleurer, accuser les autres, prier et invoquer le retour de je ne sais quel mage pour sauver notre pays de l’ivresse Frontiste ? Bien sûr que non ! Regardons l’exemple de la droite américaine qui a enfanté le Tee Party. Non seulement elle génère le blocage des services publics parce qu’un président démocrate et noir ose timidement faire du social, mais ailleurs, la même droite justifie un amendement constitutionnel qui fait que, des centaines de victimes par armes à feu jonchent parfois le sol de grandes surfaces, des universités et des écoles du pays. Au moins il y a cohérence, avec moins de policiers, moins de soins psychiatriques et plus d’armes, il y aura de moins en moins de chômeurs ! J’oserai en conscience faire le jumelage du Tee Party avec les propos d’un Fillon sur le sectarisme du PS face au FN, le pain au chocolat de JF Copé pour alimenter sa droite décomplexée ou les propos ambigus du leader maximo Sarkozy allant contre son propre pays, lors de ses conférences rémunérées à l’étranger. La gauche française elle,  peut s’enorgueillir d’avoir refusé toute équivoque en 2002 en appelant à voter contre le diable. Aujourd’hui, le risque est grand pour notre république lorsque le fascisme rampe et avance non pas derrière le drapeau du FN, mais caché derrière les ambiguïtés miséreuses d’un ancien premier ministre ou celles d’un ancien président de la république. Et pourtant tous se disent Gaullistes ! Justement lui qui à plusieurs reprises fit don à la France de son aura incontestée, en gouvernant avec tous les partis et les acteurs de l’après-guerre.

Qui a remis sous contrôle de l’OTAN la stratégie de défense française ? UMP. Qui dès le début de son mandat s’est opposé seul, à la stratégie européenne de réduction drastique des budgets sociaux? Hollande. Qui continu de renforcer l’amélioration des libertés individuelles comme le mariage pour tous ? Hollande. Qui a augmenté de 150% son salaire de président? Sarkozy.  Qui a entamé la baisse des indemnités scandaleuses des élus nationaux et initié la loi contre le cumul des mandats? Hollande. Qui a réinstallé la libre désignation des responsables de l’audiovisuel public ? Hollande. Tant et tant d’autres choses ont été faites que la liste inscrite ici,en serait trop longue. Mais tant d’autres choses restent à faire que l’on ne peut accepter d’être ralentis par des effets médiatiques ou par une opposition en pleine dérive doctrinale.

Réajuster modestement certaines aides sociales dans le même temps qu’il soulage largement la fiscalité des entreprises, est inconvenant pour ce gouvernement. Non pas que certaines entreprises ne le nécessitent pas, mais préserver la production industrielle et la marge financière en oubliant que d’autres manquent de l’essentiel, est insupportable sous la droite et devient inacceptable sous la gauche. Même des « pigeons » bien intentionnés ne peuvent être prioritaires face à des chômeurs !

Etre de gauche, c’est d’abord choisir l’être humain. Si la misère ne recule pas de suite, qu’au moins l’injustice ne soit pas acceptée ! Certes le partage n’est possible que si l’économie produit de la richesse, mais à contrario, la richesse  sans partage devient éphémère ! On gagne toujours à être fidèle à ses rêves, surtout si on les a partagé!

Voilà, après une année de silence sur ce support informatique, j’avais quelques réflexions personnelles à mettre en forme. Dans l’état d‘esprit qui règne en ce moment dans la presse et dans le petit monde politique istréen, je ne pouvais rester silencieux. Autant mes camarades socialistes d’Istres, de Marseille ou de Paris me paraissent déboussolés par la rudesse de leurs charges, que je reste persuadé que seule la solidarité de notre famille est la seule issue possible. De la même manière qu’il est acquis qu’il faut se retrousser les manches pour se sortir d’une mauvaise situation, par exemple celle de notre économie, il ne saurait être plus constructif de continuer à Istres comme à Marseille, de se diviser éternellement. Les citoyens attendent autre chose de nos élus et de ceux qui prétendent l’être. Même déguisé de charme féminin et enrobé d'un discours moins brutal, le FN l’a bien compris et tel le prédateur, il guette patiemment le moment opportun. La République n’est pas seulement un concept démocratique, elle est aussi une manière de vivre ensemble avec une dose de combativité certes, mais également une dose de tolérance. Se rassembler n’est pas se compromettre, et contribuer n’est pas collaborer.

Etre responsable, c’est aussi envisager de faire confiance. Il y a  tout juste un an j’écrivais sur ce blog « Cap Hollande ». Toujours sans crainte parce que j’espère dans l’homme, je lui fais confiance pour la fin de son mandat. Ensuite, nous jugerons sur pièce le travail accomplis. C’est le contrat que les français ont signé avec lui, même si certains ont plutôt signé un billet de sortie à l’autre. Le temps des lois qui crépitaient est révolu, la vie parlementaire est de retour et il faut lui laisser du temps pour réinvestir la Vème république. Je fais confiance à la majorité parlementaire pour freiner et corriger les dérapages d’un Valls s’il le mérite, tout comme ils ont corrigé sans faillir un Cahuzac et d’autres si cela s’avère nécessaire. Ensuite, chacun rendra compte de son mandat et présentera l’avancement de ses travaux. Seuls les électeurs pourront rompre ce contrat. En temps normal, ni la rumeur, ni la cabale ne peuvent circuler par les oreilles ou la bouche des gens honnêtes. C’est le prix à payer et c’est celui d’une démocratie apaisée.

PS : Pour ou contre, les commentaires ne sont pas refusés sur ce texte, mais il vaut mieux qu'ils circulent là où ils seront plus utiles.

Repost 0
Published by Alain Detavernier - dans Politique Nationale
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 15:18

hollande-énergie-620x450

Après une absence longue et choisie sur la toile, il est temps de revenir à la politique. Non pas que les évènements et les actions ne méritaient pas d'article ces derniers mois, mais après la présidentielle et les législatives, il était urgent de se détacher un peu de l'actualité. Les médias déçus de ne plus avoir leur torrent quotidien de "sarkozyte", étaient déçus devant le retour d'un président qui préside et d'un premier ministre qui gouverne. Pour eux, cela devient forcément un président absent et un premier ministre sans autorité !  Pourtant sous la cinquième république, les rôles et les pouvoirs sont définis par la constitution et sauf à penser que le gaullisme n'existe plus à l'UMP, cette pratique entraîne également le respect du rôle des deux assemblées. Je sais, cela est triste mais pour l'opposition, il reste les couacs !  Quoique.....

Bref le gouvernement Ayrault a bel et bien agi depuis son arrivée et le programme ainsi que les propositions du candidat HOLLANDE prennent toute leur place de semaine en semaine. Elles déçoivent ceux qui espéraient qu'il les abandonne et mécontentent ceux qui en votant pour le candidat de gauche au second tour s'autorisent à dire que de fait, leurs exigences deviennent la nouvelle perspective du projet.... Que diable camarades, le président élu par la gauche a cinq ans devant lui et comme de plus il l'avait précisé avant le 1er tour, tous ceux qui rejoindraient la majorité sur son programme, seraient intégrés au gouvernement, sans négociation. Pour les autres, ils auraient probablement une oreille attentive, mais certainement pas les mêmes pouvoirs. D'ailleurs si les français avaient souhaité un autre projet, ils ont eu deux occasions pour le dire et le faire ! Il n'en fut rien, donc la démocratie veut que le parti majoritaire impulse la feuille de route de la nation. Ceci étant, il vaut mieux un "pédalo" démocratique en France qu'une péniche de dictature en Chine.  

Pour sa première conférence de presse, François Hollande a démontré la force de son projet et la cohérence des actions engagées. Il a intelligemment ignoré les attaques injustes de cet été et répondu aux questions directes et pertinentes, d'une assistance professionnelle dans son rôle d'information des citoyens. Le temps passe et la vérité demeure. Nul besoin de manipuler ou d'exagérer les informations. François Hollande a assumé toutes les décisions prises, mais également celles qui devront attendre. L'emploi reste sa priorité et le déficit des finances ne devra plus servir à justifier le recul des services publics ou l'abandon des solidarités comme la sécu ou les retraites. Les patrons qui pendant dix ans ont pourtant été privilégiés sur le dos des salariés, ne pourront plus accuser le gouvernement Ayrault de mépriser les entrepreneurs puisque pour qu'ils regagnent en compétitivité et donc en part de marché, ils bénéficieront de crédit d'impôt. Résumons: si les exportations et l'emploi redémarrent, ils seront gagnants !  A eux de démontrer leur savoir faire.

En parlant de savoir faire, les élections du 1er secrétaire de la fédération des Bouches du Rhône et celle du secrétaire de la section d'Istres vont être déterminantes pour l'avenir. Pour Mr Ciot, 1er secrétaire sortant, la commission "Richard" mandatée par Martine Aubry était en droit d'espérer un changement réel dans les pratiques de cette fédération. Il n'en a rien été et son départ est aussi urgent que souhaitable. De plus, devenu député et maire de Puy St Réparade, il a de quoi s'occuper surtout avec la fin prochaine du cumul des mandats. Nathalie Pigamo sera donc ma candidate à cette fonction pour l'accomplissement du changement initié par Marie Arlette Carlotti.

Concernant la ville d'Istres le problème est différent. Sans revenir sur les dix années passées, comme je l'ai dit en section à Mrs Ciot et Granié, après avoir divisé depuis Marseille les militants, il est temps de rassembler la famille socialiste istréenne. Elle a beaucoup entrepris et réussi pour la ville, la région et le département. Il est injuste qu'aujourd'hui sa population soit prise en otage dans tous les projets nécessitant un partenariat. Il est nécessaire de rassembler ce qui est épars, et d'oeuvrer enfin pour que jamais le FN ne prenne le pas sur l'opposition tricéphale (UMP, Radical et dissidents socialistes). Avec les fermetures potentielles d'industries sur notre bassin d'emploi et le recul de la croissance économique, il va être indispensable de grouper nos forces pour éviter le naufrage. Dans ce contexte, il ne saurait être question d'une autre exigence que celle-ci: "Rassemblons, rassemblons et rassemblons encore!" 

Jean-marc Manenq a expérimenté bénévolement depuis longtemps la gestion de nombreux clubs sportifs aux besoins très différents. Dans ce cas, il est impératif de concilier les attentes. Il milite également discrètement mais sérieusement au PS depuis de nombreuses années. A mon sens, il est le mieux à même de réaliser ce rassemblement istréen. L'autre candidat n'est en rien incompatible, mais ses exigences sont plus marquées et son caractère moins adapté à cette mission difficile. Il garde cependant toute sa place au sein du prochain bureau de section et j'espère que l'on ne renouvellera pas les maladresses qui ont suivi la dernière élection.

Ah j'oubliais de vous dire ! Face à mon opposition,  la direction actuelle de la fédération PS a pris la peine d'encaisser ma cotisation et choisi de ne pas m'inscrire sur les listes électorales. Je vous le disais, il faut renouveler les cadres pour changer les pratiques.

Alors résumons-nous: Pour mes camarades socialistes "authentiques":

1-Votez Pigamo Nathalie pour la fédération est un impératif.

2-Pour la section d'Istres votez Manenq Jean-marc est une action sage et durable.

3-Pour la France, pas de soucis le cap Hollande est clairement à babord!

Repost 0
Published by Alain Detavernier - dans Politique Locale
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 08:08

images-copie-2.jpg Depuis un mois je me suis volontairement tenu à l’écart de la campagne électorale sur ce blog car concernant les Bouches du Rhône, en ajouter aurait été une entrave aux éclaircissements souhaitables. N’empêche qu’une fois le second tour passé, il va bien falloir rendre aux militants honnêtes, une fédération et des sections dignes d’un PS « normal » avec des dirigeants irréprochables ! Attendons encore un peu.

 

Michel Vauzelle et Gaby Charroux obtiennent l’un et l’autre, des scores qui  permettront au gouvernement Ayrault de continuer l’application du programme « Hollande ». Les premières décisions et l’attitude du chef de l’état confortent les citoyens de gauche comme de droite à s’engager sur le chemin du redressement. La justice, l’équité républicaine et l’exemplarité sont de retour pour le plus grand plaisir de ceux qui les attendaient depuis longtemps. Si l’effort est équitablement réparti, la difficulté sera moins pénible à chacun.

La France est aussi de retour sur la scène internationale, porteuse d’un message clair et cohérent avec son histoire. Par exemple, l’Europe semble devenir favorable à ce que la gouvernance économique et financière ne se fasse plus sous la seule tutelle allemande et sans croissance. Bien évidemment, l’axe franco-allemand reste indispensable pour donner sa dimension politique et économique au plus grand marché de la planète. Cependant, comme en géométrie, pour qu’un axe soit défini dans un espace, il faut au moins deux points. Ces dernières années, face à Merkel, l’absence de gouvernance française aura été un handicap pour l’Europe et singulièrement pour les pays du Sud ! Bref, nous retrouvons le fondement de la Vème république, la présidence normale s’efforce de reconstruire une image digne de la France dans le monde et laisse l’exécutif  gouverner le pays.

Vouloir retrouver le rôle politique des deux assemblées sans abandonner l’idée de modérer les indemnités des députés et des sénateurs, est courageux. Simplement mais avec ténacité, le président Hollande donne à ceux qui l’ont élu comme à ceux qui l’ont ignoré,  des signaux forts d’un retour à plus de justice, y compris chez ceux qui s’étaient octroyés, privilèges, retraites, primes et autres cumuls des mandats. Chez les élus de gauche et de droite, je pense que la pilule ne va pas être facile à avaler, mais le mal est si profond (40% d’abstention) qu’il n’y a plus le choix ! D’ailleurs l’exemplarité des élus va de pair avec celle demandée aux patrons d’entreprises publiques, qui logiquement devrait s’imposer également dans le privé, si le sentiment d’appartenir à une nation dépasse celui d’appartenance à une caste, fusse-t-elle dirigeante et patronale !

Pour justifier leur inconduite politique face au FN, les élus de droite stigmatisent les accords entre le PS et les communistes. Il suffit de leur répondre que « OUI », comme De gaulle en son temps ! Mais savent-ils encore qui et ce que fut De Gaulle ?

Sarkozy a profondément abaissé et ruiné le pays. Malheureusement, nous ne mesurons pas encore combien il a également détruit notre république, creuset de nos solidarités et rassembleuse de tous les citoyens de ce pays. Bien au-delà des différences gauche/droite concernant l’homme face à l’économie et à la société, il y a la morale qui relie chaque individu à la nation et de ce point de vue, seule la gauche place « le vivre ensemble » au-dessus de toutes ses préoccupations. Car la morale ne concerne pas que l’argent ou l’inconduite, elle concerne d’abord ce qui fait qu’une société tente de s’élever intellectuellement, socialement et culturellement. Bref, donner de l’importance à ce qui apparait superflu quand les égoïsmes, l’animosité et la bêtise président à toutes les décisions. C’est l’honneur de la gauche dans son histoire que d’avoir su choisir l’effort de résister lorsque la droite préférait la facilité de collaborer. Il ne s’agit là, ni d’un socialisme vertueux, ni d’un capitalisme destructeur. Il s’agit d’avoir conscience de ce que nous recevons et de ce que nous laisserons aux générations futures.

Avant de se dresser sur ses pattes, l’homme descendu de son arbre a nécessairement eu une pensée qui précédait ce geste. Ce réflexe manque aujourd’hui à certains électeurs.

"Il est infiniment pénible d'avoir à combattre, par exigence d'esprit, ce que la plupart ne combattent que par indigence du cœur."   Jean Rostand

Repost 0
Published by Alain Detavernier - dans Politique Locale
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 00:40

 

merci.jpg        Francois-Hollande-Francois-Hollande-Votes-IxKegh8Sqqbl.jpg 

Voilà, il est 2h30 du matin et depuis hier 20h, nous avons un président normal. Le changement est en marche pour une période plus humaine, plus accessible à tous, plus juste aussi. Je sais que la défaite de l’autre camp ne doit, et ne peut, être une réjouissance pour ceux qui gagnent car cette défaite nous aussi en connaissons le goût amer. Pour autant, cette victoire a été d’autant plus longue à venir que la « Sarkozie » était rudement machiavélique et qu’en plus, la gauche fut longue à se rassembler. 10 ans après Le Pen au second tour, 31 ans après la victoire de Mitterrand et le fameux 10 Mai 81. Il y a trop de temps entre ces alternances. Il ne peut plus y avoir ces longues périodes d’absence dues au rejet des partis de gauche et singulièrement du PS. Notre démocratie n’en sera que plus apaisée !

Un président NORMAL vient de conquérir la confiance des Français et ce défaut (pour la droite) de n’avoir jamais été aux affaires, va permettre à François Hollande d’avoir un atout formidable, l’autorisant à tout entreprendre. Ce soir, de Tulle à la Bastille, cet homme simple et accessible n’a cessé de montrer aux français combien rester soi-même était possible même lors d’un tel évènement. Je sais que certains penseront que j’ai les yeux de Chimène pour mon favori. Ils se tromperont car ma motivation depuis deux ans est allée croissante et F. HOLLANDE a répondu chaque fois comme un leader à mes attentes. Jamais, il n’a douté de lui-même et comme pour le débat entre deux tours, mon champion a montré un côté de ses compétences que les sobriquets et les insultes venus des deux côtés avaient préféré ignorer. Ils en sont pour leurs frais et la suite sera de la même veine. Il a du charisme et de l’intelligence politique mais il ne se défait jamais de son humilité, ni de sa fidélité à ses engagements.

Il m’a rendu fier, très fier d’être socialiste en 2012. Dommage que sur Istres l’avance de Hollande soit si faible. Je le dis d’emblée, la présidentielle n’a rien à voir avec la gestion communale. Malgré tout, il faut se poser des questions et quand bien même, il fut une époque où avec une telle victoire, la fête aurait d’abord été istréenne. Pas ce soir en tous cas, et je le regrette. Depuis hier soir, avec quelques amis nous avons partagé ce moment de bonheur unique et évoqué également la misère militante, conséquence de la pauvreté de notre section. Si rapidement, la fédération PS13 n’est pas « nettoyée » et les élus « douteux » remerciés, alors nous serons en droit par « principe de précaution » de faire du socialisme en dehors de la fédération. Il ne peut y avoir encore et toujours Marseille, puis le reste du département. J’ai bien compris le message de mes amis et celui du résultat électoral. Il faut redonner une âme et une conscience politique à cette section. Espérons que les responsables comprendront, sinon leurs erreurs passées, sonneront comme une répétition des mêmes erreurs. Ceci n’est en aucun cas une déclaration agressive, mais simplement un appel à un sursaut d’intelligence et d’honnêteté politique pour préserver l’avenir. Les apparences ne suffisent qu’à satisfaire l’égo des manipulés et les calculs pervers des manipulateurs. Les résultats sont là. Dans la clarté et la non compromission des idées, la légitimité et la victoire finissent toujours par s’imposer.

François Hollande est l’exemple même de celui qui a su imposer sa vision sans se compromettre. A ceux qui l’ont soutenu dès le début et à ceux qui l’ont rejoint, je dis « à bientôt camarades ».

 


Repost 0
Published by Alain Detavernier - dans Politique Nationale
commenter cet article
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 19:23

hollande-énergie-620x450       images-copie-1

L’attente du débat a permis de faire douter ceux qui, dans l’ambiance violente de cette campagne, ont craint le pire. Et si Sarkozy, animal brutal et sans morale avait réussi à déstabiliser le candidat du changement, toujours si posé et si bien calé dans sa stratégie de conquête de l’électorat? Et bien NON! A la surprise générale et conformément à ce que ses proches et quelques archives télévisées démontraient, l’homme est capable de mener une discussion courtoise et respectueuse autant que de répondre promptement aux provocations de son adversaire et surtout, sans lâcher le fil conducteur de son projet. Comme à la parade, simultanément étayer et défendre sans perdre ni le sens du propos, ni son honneur par des attaques odieuses. Le sommet fut lorsque l’allusion à DSK tomba telle une dague sortie de sous le manteau. Quel misérable aversaire que le sortant !

   Pour conclure, ce débat n’a pas dû changer grand-chose au résultat de dimanche, mais il a permis à un homme de fendre son armure, tout en imposant le retour à la morale et de replacer enfin l’HOMME au centre de l’action politique. Etre représenté par un tel candidat est valorisant pour ceux qui croient en des valeurs humanistes et qui espèrent encore de la politique.

Avouons que le contenu des échanges n’apportait pas grand-chose aux supporters des deux camps. Par contre, l’attitude respectueuse et calme de François Hollande tranchait avec celle du sortant, secoué dès le début par des tics qui traduisaient le degré d’agitation de cet homme qui détient pourtant tous les pouvoirs. Du bouton de la force de frappe, aux réformes les plus injustes et aux actions les plus glauques, comme certainement l’après 6 mai le démontrera judiciairement. Par exemple, je ne doute pas un instant que des liens existent entre Guérini et Sarkozy, au travers soit de l’ancien préfet Frémont ou du patron de la DCRI Squarcini, sans oublier le très obéissant Henri Proglio actuel patron d’EDF. Peu importe, la suite politique compte plus que le passé et la justice passera.

Seul le retour de la gauche au pouvoir revêt un intérêt véritable. Toute la gauche a su se rassembler et avant les prochaines législatives, un premier ministre entouré d’un gouvernement de transition devra préparer les changements urgents et surtout la feuille de route de la prochaine assemblée nationale. La cinquième république bien sûr n’est plus adaptée, mais le retour à un président au-dessus des contingences politiques et à un premier ministre qui gouverne et dirige le pays, permettent tous les espoirs. La compétence de François Hollande n’est désormais plus à démontrer puisque sa vision sur le besoin de croissance en Europe, les dérapages des patrons ou ceux de la finance s’imposent maintenant à tous comme une évidence ! Il est parfois difficile d’être visionnaire surtout face à des esprits obtus et à la mauvaise foi. Le choix de vote de François Bayrou indique combien Hollande peut rassembler notre pays et clore enfin cette période catastrophique.

Quant à ceux qui s’inquiètent en disant que Hollande ne pourra pas faire plus que Sarkozy, je leur donne rendez-vous dans un an. N’oublions jamais qu’en 81, se sont faites les plus belles réformes depuis 1936 et si, comme je l’espère, les partenaires sociaux suivent la volonté de changement exprimée le 6 mai, alors personne ne sera déçu et le redressement sera possible. Chacun sera dans son rôle, y compris en poussant le gouvernement à faire ce qui est urgent par tous les moyens républicains que la loi autorise !

Mercredi soir, ce débat nous a offert un François HOLLANDE déjà président et cerise sur le gâteau, doté d’un charisme Royal face à la médiocrité d’un bonimenteur. La force du changement est en route et dimanche personne ne doit oublier que la partie ne s’achève qu’après le second tour. Jusqu’au bout François HOLLANDE a besoin de toutes nos forces. Aucune ne doit manquer.

A Dimanche soir pour changer de destin !

Repost 0
Published by Alain Detavernier - dans Politique Nationale
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 07:17

 

article_hollande_content.jpg


Un lendemain avec des relents de gueule de bois, même pour les républicains qui sagement ne font pas d’excès et ne prennent pas de risques pour l'avenir de leur pays.

L’extrême droite « réelle » représente 4 ou 5% de l’électorat en France. Les  10 à 15 autres % sont des mécontents de gauche et de droite qui enragent de ne pas voir leurs difficultés s’aplanir et leur précarité de vie, disparaître. Jean luc Mélenchon a été le seul qui a courageusement affronté la bête immonde du fascisme. Malheureusement, lorsque les représentants locaux du FdG sont capables des mêmes actes que l’extrême droite sur leurs blogs, alors il ne faut pas s’étonner que Mélenchon n’ait pas réussi à mieux convaincre. La hyène opportuniste de St Mitre n’est pas seule coupable de cette désillusion, il y a aussi les petits malins intégristes du PC, qui se vantent que jamais, ils n’aient voté, ni ne voteront socialiste ! Pour eux, mieux vaut l’incantation que d'accepter une solution pour au moins réduire la misère de ceux qui souffrent. Le vote « révolutionnaire » est pratique pour ceux pour qui le mot « révolution » est une trahison destinée à soutenir l’adversaire et donc affaiblir la concurrence. Mieux vaut exister sur un champ de ruine et de misère que de tenter de construire démocratiquement le progrès. Bref une chose est indiscutable, Jean luc Mélenchon restera celui qui aura redynamisé et ressuscité l’envie de renverser la droite par son extrême. Et ça, c’est lui et lui seul ! C’est un vrai républicain que je remercie.

Par ailleurs, arrivent les hurlements sur le risque d’avoir des communistes au gouvernement si Hollande gagne et de l’autre côté, de pronostiquer la compromission obligée de la gauche socialiste avec le capital. Finalement c’est bon signe, car comme en 81 les électeurs n’ont pas cette étroitesse d’esprit et montrent par leur mobilisation que les manipulateurs de tous bords ont déjà perdu.

Concernant les centristes, comment jugent-ils Mme Boutin opposée à l’avortement ou les humiliations répétées des Borloo ou Morin ? Que pensent-ils des injustices sociales et des choix anti européens du projet Sarkozy ? Trouvent-ils l’état UMP irréprochable ? François Bayrou propose d’auditionner les candidats du second tour, comme pour un radio crochet sur TF1. Décidément, les centristes lorsqu’ils perdent, gardent cette manie de vouloir malgré tout jouer les décideurs. A Istres, cette attitude a fini par placer le FN en tête des options politiques. Déjà en 2009 sur ce blog, http://www.alaindetavernier.com/article-32376870.html, je tirais la sonnette d’alarme sur cette tendance et la grande responsabilité des socialistes locaux. L’âme de notre section a été vendue pour un résultat immédiat piteux, mais des conséquences beaucoup plus graves à long terme. Nous y sommes ! Je sais bien que la vague est nationale, mais ceux qui ces dernières semaines ont milité, savent de quoi je parle. Soutenir à fond François Hollande, puis voir Marine virer en tête sur notre ville, déchire le cœur des plus courageux. Bien sûr, il ne s’agit que d’une présidentielle, mais bientôt une législative puis d’autres élections viendront et la droite gagnera d’abord en arrogance puis se seront les scrutins. Sinon, comment exliquer la désertion des militants pour tenir les bureaux de vote et le constat qu’avec aucun représentant local,  le FN explose les scores dans tous les quartiers de la ville. Alors, à tous ceux d’Istres et d’ailleurs qui s’enivrent de haine et de trahison, je rappelle que Sarkozy a dressé les français les uns contre les autres pour garder le pouvoir avec quel résultat pour le pays !

Tranquillement, François HOLLANDE vient de montrer au peuple de France et à l’international que la constance et la lisibilité des idées sont des qualités qui permettent aux compétiteurs honnêtes, de convaincre d’abord puis de vaincre ensuite. Humblement mais dignement, clairement fidèle à Jaurès, Hollande va faire gagner la gauche sans compromission, en appliquant simplement un projet accepté par tous ceux qui veulent que cesse enfin cette triste période. L’homme politique porte une responsabilité plus grande que les autres parce que son action et sa décision doivent dépasser sa propre personne. Chacun sait que la succession de Sarkozy sera extrêmement difficile et que d’habitude la gauche ne revient aux affaires que pour réparer le mal qui a été fait. Cette fois, le changement devra s’engager dans la durée pour que la vie des françaises et des français, jeunes et moins jeunes partagent durablement une vie meilleure parce que plus juste et plus équitable.

Le plus dur est fait, mais le plus important est à venir dans deux semaines.

Ne dégageons pas Sarkozy, mais faisons plutôt entrer François HOLLANDE à l’Elysée !

 

Repost 0
Published by Alain Detavernier - dans Politique Locale
commenter cet article
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 08:39

 


alain hollande 2        73664-francois-hollande-et-marie-george-637x0-1

Le titre de cet article n’est ni une provocation, ni une contribution destinée à priver l’un des candidats de voix qui pourraient lui être destinées. C’est uniquement la nécessaire évolution des esprits qui doit avoir lieu au moment où la dégradation des idées et des projets que nous exposent tous les candidats devient dangereuse.

En effet, de jour en jour, les promesses farfelues, les mensonges ou l’ignorance, alimentent la bourse aux âneries sous prétexte de défendre les candidats bien plus que leurs projets. La grande majorité des électeurs a désormais fait son choix et la chasse aux indécis ne peut justifier des contorsions politiques qui rendraient le centriste « clair et révolutionnaire », le socialiste « aventurier et courageux » et le conservateur « progressiste et social ». Bref, c’est la misère politique pour tous les militants qui n’entendent pas ce qu’ils attendent et plutôt même parfois le contraire de ce que souhaitent leurs concitoyens. Laissons les rôles d’extrémistes à ceux qui pensent pouvoir infléchir telle ou telle tendance, soit par la révolution, soit par la plus grande intolérance. A ce sujet, que le Front de Gauche atteigne des scores inespérés ne trompe personne, même si cela va dans le bon sens. Avec le NPA et LO en pleine reconstruction et un PC totalement en retrait, chacun pourra additionner leurs scores aux dernières présidentielles et constater que mis à part la tonicité de son orateur, le F d G n’a rien apporté de nouveau, sauf d'avoir obtenu le soutien conjoint de l'Humanité et du Figaro ???

Concernant les transferts, le syphonage sarkozyste de 2007 des idées du FN va s’inverser et retrouver son canal historique.  Dommage collatéral, Marine Le Pen réalise un surprenant attrait des jeunes pour des idées qui, de la viande hallal  à l’immigration en passant par l’avortement et la fin de l’Euro, proposent le pire pour l’avenir de notre société.

Restent, les écolos et le centre.

Concernant Eva Joly, cette femme d’exception n’a pu s’affranchir de son image de magistrat, pas plus que de son accent ou son âge. A mes yeux, sauf pour l’Europe, l’écologie ne peut-être un parti politique et malheureusement s’ajoute à cela le machisme politique. En effet, en terre écologiste il semble que cette campagne soit vécue comme celle de Ségolène en 2007 lorsque les camarades DSK, Fabius ou Mélenchon, tiraient à boulets rouges sur leur candidate. Il leur manquait l'OGM de Sarkozy le "Nicolas Hulot" de service, c’est fait !

Pour François Bayrou qui tente pour la troisième fois de représenter le centre, la chose est bien plus compliquée. Parti Républicain, CDS, RI, UDF, Radicaux (Borloo) puis Modem, tous ont été le tremplin espéré d’une candidature réussie. Seul Giscard y parvint en 1974 avec l’aide du RPR Jacques Chirac. L’histoire ne se répète pas et les positionnements alambiqués consistant à soutenir la droite au sénat et à l’assemblée nationale pour ensuite tenir un discours d’opposition dans les médias, ne trompent plus les électeurs. Les contorsions verbales contre Sarkozy en 2007 puis le vote blanc au second tour, montrent comment cette formation politique remplie d’intentions aussi gentilles et généreuses que les gens qui la représentent, ne peut plus diriger la France. A force de, ni gauche ni droite, on ne finit nulle part, sauf pour le profit du sortant !

Arrivons maintenant aux socialistes.

Il y a deux ans, exactement le 5 mai 2010 je désignais avec d'autres camarades sur ce blog, deux candidats possibles: Aubry et Hollande, sauf si Aubry soutenait DSK que je déteste politiquement. Contre les moqueries et les commentaires ridicules, je maintenais ce choix et désignais Hollande comme le seul candidat capable de stopper la régression de notre pays. La morale, le chômage, la république, bref la vie en France déclinait. Vinrent les primaires ! François HOLLANDE sut convaincre et rassembler la gauche que pourtant la droite tentait de diviser avec les frasques de DSK qu’elle avait tenté d’imposer aux primaires. A cette occasion, même à Istres des citoyens se sont rassemblés et exceptés Guérini ou Ciot, tous ont compris l’indispensable reconstruction de la famille socialiste. Aujourd’hui, de nombreux camarades et moi-même faisons contre mauvaise fortune bon cœur et pour François Hollande, nous militons d’abord pour que Sarkozy s’en aille. J’avoue que mes craintes concernant le manque de « gauchitude » du programme Hollande ne sont pas effacées, mais grace aux jérémiades de Mélenchon ajouté au style de ses représentants locaux, finalement je préfère mes craintes. Pendant ce temps, la droite dilapide non seulement la république et l’image de la France mais en plus comme en 81, le gouvernement actuel, Fillon en tête, laisse par dépit s’enfoncer l’économie et partir l’argent vers la Suisse ou le Luxembourg. Françoise Hardy ne suffit-elle pas?

Alors dans ce capharnaüm politique de fin de règne, il faut privilégier la victoire pour construire le changement car il faut gagner d’abord pour agir ensuite ! C’est dans cet ordre et celui-là seulement que tout devient possible….. Pas de révolution, mais pas de renoncement social ou syndical comme en 81, pas de soutien inconditionnel non plus pour laisser faire ce que la droite fait naturellement mieux que nous. Au bout de ce chemin, un an après sa candidature et deux ans après mon pronostic, François HOLLANDE représente l’excellence face aux autres projets. La France mérite mieux que les éxcès des extrêmes, le vide du centre ou l'arrogance de la droite. Le candidat le plus probable au second tour pour la gauche doit bénéficier de la dynamique du premier tour. Sa pugnacité, son respect des autres et son parcours politique, le rendent seul capable de conjuguer toutes les voix, toutes les forces et de conduire enfin toutes les espérances vers un même idéal.

LE CHANGEMENT C’EST HOLLANDE

ET C’EST DIMANCHE  PROCHAIN ! 

VOTEZ HOLLANDE DES LE 22 AVRIL 

PS : Hollande n'est pas seul sur la photo de l’article, vous me pardonnerez.

 

 

  

Repost 0
Published by Alain Detavernier - dans Politique Nationale
commenter cet article