La vidéo du moment

Lundi 31 mars 2014 1 31 /03 /Mars /2014 10:56

images--2--copie-1.jpg A l’arrivée des résultats hier soir en mairie, après les premières angoisses liées au score élévé du FN, peu à peu revenait la confiance qui avait peut-être un petit peu au premier tour. Après tout, devions-nous dès le premier tour craindre que le FN obtienne un tel score ? Bien sur que non! Dans cette ville, la plupart du temps chacun peut trouver une réponse ou au moins une solidarité qui ne laisse personne au bord du chemin. A Istres, les services publics sont réellement de proximité et même en périphérie chaque quartier possède sa mairie annexe et son élu. Alors, où est ou plutôt quelles sont les raisons locales d’un tel vote ? La misère sociale généralisée ? Pas à Istres. Une immigration trop forte ? Pas à Istres non plus. Le manque d’association ? Au contraire. Trop de constructions nouvelles ? Peut-être, mais ce sont bien des istréens qui pour la plus part souhaitent vivre dans un logement plus confortable ou devenir propriétaires.  Les écoles, les collèges, les lycées, les crèches, les maternelles, tout est là, moderne et en parfait état ! Alors quoi ?

Probablement qu'il y a un vote local qui subit aussi l’ambiance nationale de déception, mais pas que. Un candidat qui six mois après son arrivée dans le sud, terre propice aux votes FN réalise 30% d’un scrutin, ne le doit ni à son action ou à un charisme supposé, mais bel et bien à des électeurs qui veulent dire quelque chose aux élus locaux. Il va bien falloir trouver les moyens de dialoguer avec ces citoyens là, car il ne s’agit plus d’un groupuscule mais bel et bien d’une partie de notre population qui souhaite que des choses changent.

Concernant l’UMP. Pas de commentaires de ma part car l’histoire locale et les candidatures répétées de la dernière tête de liste se suffisent à elles même.

Par contre, la liste soit disant de gauche a révélé au fil du temps quel était sa réelle ambition. Ni trublion, ni force innovante, cette liste de présomptueux candidats au changement a en fait servi de fournisseur d’accès au FN qui grâce à eux, gagne les 3% qui au second tour font défaut justement à cette même liste de gauche. D’ailleurs, Mr Lemassu ne disait pas autre chose lors de ses interventions d’entre deux tours, avec sa crainte que son électorat ne vote FN !!!  Révélateur n’est-ce pas ?

Comme l’a dit François BERNARDINI, cette victoire est bien sûr la bienvenue, mais elle soulève plusieurs questions. Le prochain mandat devra nécessairement tenter d’y répondre avec d'autres formes de dialogue. Dans l’instant, il y a d’autres urgences et si heureusement le maire sortant a été réélu c’est non seulement pour faire échec au FN, mais aussi pour que cette ville ne soit pas livrée à des individus sans aucune expérience de gestion municipale. Bref, nous avons évité une catastrophe et si les istréens ont renouvelé leur confiance à l’équipe sortante, un message aussi été passé et il a été entendu. Probablement que la lisibilité politique de la liste élue face à la diversité des listes, a-t-elle été insuffisante. Ce n'est pas impossible.

      Mais après tout, n’est-ce pas aussi l’utilité des scrutins directs ?  

 

  

Par Alain Detavernier - Publié dans : Politique Locale
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Vendredi 28 mars 2014 5 28 /03 /Mars /2014 11:36

antifa-mars21-2014Les résultats de dimanche sont pour tous les républicains un signe qui ne peut-être interprété autrement que comme une alarme, un tocsin. Certains savent mieux que d’autres exploiter le repli sur soi d’une société en crise et ils préfèrent chercher chez l’autre la cause des problèmes !

Immigration trop importante, abus du chômage par les fainéants, coût exorbitant des allocations aux familles d’immigrés ou le côté profiteur des intermittents du spectacle. Ca ce n'est pas que le miel de l'extrême droite, c'est aussi son carburant! Vitrolles, Toulon, Marignane, St Gilles ne sont pas des inventions de l’esprit. Ce sont ces motivations qui ont conduit une majorité d’électeurs à porter sciemment, le parti de l’intolérance au pouvoir. Ce ne sont pas seulement les bibliothèques qui ont été privé de la diversité d’opinion, ce ne sont pas seulement les associations liées au social et aux plus démunis qui ont été affamées, ce sont bien les syndicats traditionnels qui ont été mis à l’index des subventions. Ce n’est pas non plus la culture qui a été épargnée ou la gestion des finances publiques qui a été améliorée ! Dans tous les cas bien au contraire, la population a été déstabilisé et au final perdante sur son niveau de vie et surtout sur le mieux vivre ensemble.

Expliquer ce qu'est et comment arrive le fascisme à ceux qui feignent d’ignorer ce risque est inutile car ils le savent. Par contre, ce sont quand même des ignorants qui oublient que la bête sera tôt ou tard, obligée de tuer y compris ceux qui l’auront enfanté. Quant à ceux qui détournent la tête, ce ne sont pas que des lâches, ils sont aussi complices. Restent les électeurs en colère ou déçus ! Rien ne justifie de renouveller ce choix dimanche prochain. Ou alors cette fois, ce sera en toute conscience.

Etre digne et conforme à ce que doit-être un citoyen de la république, c’est aussi ne pas se cacher derrière l’alibi d’une charte comme le font les membres de la liste IEAG à Istres et reconnaître leur responsabilité dans la présence du FN au prochain conseil municipal. Leur objectif a été atteint, la liste de Bernardini et ses colistiers, n’a pas été élue au premier tour grâce à eux. Une offre de cogestion avec des postes clefs leur a été faite, mais ils préfèrent l’opposition à l’action responsable. Tout est dit !

Pour terminer, j’espère que les abstentionnistes du premier tour vont se mobiliser pour diminuer à la fois l’effet dégradant d’un FN à 30% et celui d’une liste de gauche qui n’a comme programme que la rancune et dans le discours de certains colistiers, des relents racistes plus courant au parti de la haine. 

Si l’histoire d’Istres doit porter témoignage, c’est sous la gauche que la ville a progressé et brillé dans tous les domaines. Il n’y a aucune raison pour que cela change et certainement pas celle de céder à l’intolérance.

Dimanche prochain pour échapper au pire, il n'y a qu'une solution,

VOTEZ BERNARDINI !

Par Alain Detavernier - Publié dans : Politique Locale
Voir les 0 commentaires
Vendredi 21 mars 2014 5 21 /03 /Mars /2014 18:07

tifo1La raison en est extrêmement simple, et il n'y aucun reniement politique de ma part. Elle est tout simplement la liste la plus à gauche qui soit proposée aux Istréens. Incontestablement depuis que François BERNARDINI siège au conseil municipal de cette ville, tout absolument tout, ce qui a été fait peut enorgueillir la gauche toute entière. Social, culture, sport, équipements sportifs, coût des cantines, transports scolaires gratuits, soutien au monde associatif, modernité des équipements mis à disposition des écoles primaires et maternelles, qualité des établissement scolaires, aide à la jeunesse avec EPJ, l’aide au permis de conduire, aide aux voyages à l’étranger, emplois saisonniers sur la ville et le SAN, l’aide à tous les syndicats, soutien des équipes et des individuels en sport de haut niveau avec en retour, deux fois le titre de ville la plus sportive de France. Je pourrai continuer encore longtemps, mais il y a dans cette action sur la durée une incontestable orientation de gauche. Certes tout ne fut pas parfait et peut-être que des choses restent à mettre en place. Certaines furent discutables, mais sur l’ensemble le score est sans appel. Je me contente d’observer ce qui est le plus politique. Ainsi, je ne parle pas des espaces verts, des lotissements, des personnes du troisième âge, du soutien au service de médecine, du respect de l’environnement.

La liste qui aujourd’hui prétend être la seule à gauche se moque des électeurs. Derrière certains se cachent une tolérance inacceptable des idées d’extrême droite. Derrière d’autres, l’amertume et l’esprit de revanche privilégient tout même l’insupportable.

Alors sans aucun remord ni aucune gêne, je dis sans détour que voter pour IEAG au premier tour, c’est à la fois desservir les intérêts de la ville d’Istres pour quelques strapontins dans l’opposition, mais aussi et surtout par son refus assumé de se positionner clairement face au FN avant le premier tour y compris pour le second. Ceci est un détournement abject de la démocratie républicaine! Quoiqu’il arrive, ceux qui sont complices et participent à ce stratagème ne pourront plus lever la tête en croisant les électeurs et les militants de gauche à Istres. Quant à l’argument de la liste ouverte à des candidats de droite, je pense qu’il tombe naturellement au regard de leur nombre face à la majorité et qui plus est, chacun d’entre eux c’est engagé à soutenir par leur vote d’éluFrançois BERNARDINI et sa liste « Nous sommes Istres », tout en conservant leur liberté pour les autres types de scrutins.  Avec autant de garanties, la liste IEAG ne peut qu’admettre son rôle de soutien à la droite FN et UMP qui elles, ne s’intéressent qu’à une chose, faire un score sans jamais proposer quoique ce soit d’utile aux istréens.

Le reste n’est que foutaise et seule la mauvaise foi peut justifier un vote IEAG !

                En votant « Nous sommes Istres"

                  avec François BERNARDINI,

c’est Istres qui gagne.

Par Alain Detavernier - Publié dans : Politique Locale
Voir les 0 commentaires
Vendredi 7 mars 2014 5 07 /03 /Mars /2014 20:31

images-copie-3.jpg  

Si la question se pose, c’est qu’après la lecture attentive de la Provence d’aujourd’hui, le doute n’est même plus vraiment permis sur le rôle que comptent jouer les animateurs de cette liste. Empécher Bernardini d'être réélu ne peut être un programme!

Ils souhaitent s’inspirer des communes FdG avoisinantes, soit !  L’idée de proposer la démocratie participative comme méthode de travail n'est pas nouveau mais encore faut il qu'il y ait des projets. J’espère tout de même qu’il y a des gens sérieux dans cette liste ! Car encore une fois, mis à part empêcher Bernardini de renvoyer à ses études "l’immigrant" tête de liste FN et de placer promptement dans l’opposition  la liste UMP, à quoi sert donc IEAG ? 

Avant même le premier tour, la tête de liste enfin trouvée et connue, refuse déjà ce rôle qu’il juge probablement trop proche du centralisme démocratique, si cher aux communistes. Pour autant, il est un militant de gauche incontestable et respectable car persévérant dans le même champ politique. Je doute quand même de ses souvenirs de travail avec des socialistes, car comme la Provence le rappelle cruellement, déjà en 2006 sa liste « Innovons à Gauche » s’opposait aux socialistes et ne recueillait que 6%. Au passage cette liste permettait également l’ascension de la liste UMP et installait sans regret aucun, la liste dissidente du PS à la mairie. Ce doit-être l’une des conditions "siné qua none" de construction de ce type de liste, rassembler les dissidents. D’ailleurs l'ex militant PS placé en congé de son parti, fait un commentaire très révélateur dans le même article : « Notre grosse force est la société civile » Quelle science, quelle fine analyse ! Ce monsieur en plus d’être en congé de son parti, devrait également se mettre au silence car lui qui prétends par ailleurs diriger une section politique, ignore peut-être qu’il tire ainsi contre son propre camp. Mais, sauf la haine et la rancune, a-t-il vraiment un camp ? Au regard de ce cas particulier, il est des travaux que même ce brace Hercule refuserait. Peu importe, la tête de liste et sa collègue enseignante sont d’authentiques militants et  leurs engagements à gauche n’est pas discutable. Pour autant est-il pertinent, qu'ils servent d’alibi à des rancuniers récurrents ?

Espérer concourir au second tour est-il raisonnablement envisageable ? Quel en est l’intérêt avec deux listes de droite en embuscade ?  Pourquoi ne pas avoir négocié avec l’autre liste de gauche dès l’origine ? Peut-être que certaines alliances ne se seraient-elles pas construites ! Encore une fois la composition de la liste de Bernardini n’est pas mon idéal, mais elle a le mérite d’avoir rassemblé des istréens de tous bords et d’afficher un véritable projet de politique communal. Ce qui manque cruellement à IEAG!

Si une seule question de toutes celles que je pose devait persister, elle serait la suivante : En cas d’impossibilité de second tour, la liste IEAG appellera-t-elle à voter pour la liste de gauche restante face à la droite ou pire le FN ? Ceci est anecdotique pour des républicains mais je sais que certains de cette liste se sont prononcés au mieux pour le silence ou pire, peut-être par affinité politique !!! En tous cas ce dont je suis certain, c'est que les communes FdG avoisinantes citées comme réfrence, elles, n'auraient aucune hésitation. Et même si Mélanchon s'égare avec l'Ukraine, je sais qu'à aucun moment Poutine ne pourrait être son modèle !

Etre de gauche, ce n’est pas seulement s’opposer, critiquer sans proposer, être pour ceux qui sont contre, puis contre ceux qui sont pour. C’est aussi avoir le courage de choisir le meilleur pour les citoyens, sans se cacher la tête dans le sable et ne pas entendre le bruit de bottes d’un parti qui grâce à votre liste, obtiendrait une tribune au prochain conseil municipal. Je ne doute pas que les hautentiques républicains sauront se déterminer dignement, le moment venu. Quant à ceux de cette liste qui prétendent se placer pour la prochaine municipale, ils devraient par honnêteté le dire dès aujourd'hui aux électeurs, car le FN aussi prétend préparer l’avenir.

D’ailleurs, peut-être la prochaine fois seront-ils sur la même liste. Qui sait ?

Par Alain Detavernier - Publié dans : Politique Locale
Voir les 0 commentaires
Lundi 10 février 2014 1 10 /02 /Fév /2014 18:26

LOGO-PS-OFFICIEL.jpg C’est un constat du fond des temps qui conduit souvent les Hommes à choisir de s'appuyer sur les différences plutôt que sur ce qu’ils ont en commun. Entre les deux, plane une vertu appelée la sagesse que d'autres nomment tolérance. Bien sûr, une plus grande diversité procure le sentiment d’avoir plus de choix, et, légitimement,  on pourrait croire qu’il s’agit même d’une qualité qui rendra supérieur le résultat final. Je partage pleinement cette idée, si le choix est réellement amélioré. Mais cela agrémente-t-il vraiment le choix? Pourquoi est-ce que j’en parle aujourd’hui avec réserve ? Tout simplement parce que l’expérience et le vécu m’ont démontré toute l’ambiguïté de cette théorie. Je constate aujourd’hui que même le PS au niveau national, a compris après presque 15 années d’échec que la dimension d’un vote interne militant et la dimension électorale d’un scrutin ouvert à tous, étaient aux antipodes l’une de l’autre. Les primaires ont fait leur œuvre.

Ce n’est pas seulement Istres qui a subi douloureusement ce genre d’expérience. La Rochelle et bien d’autres communes restent comme un témoignage que l’électorat reste libre de ses choix, même si des consignes symboliques peuvent être lancées aux électeurs. Pour la première fois depuis 40 ans la section PS d’Istres a été incapable de présenter une liste en son nom propre, soit de passer un accord avec une autre. Ce n’est pas faute d’avoir essayé durant ces trois dernières années de rapprocher les uns et les autres afin que l’intérêt de la population revienne au-devant des préoccupations. Rien n’y a fait, malgré l’envie de certains militants de se rassembler enfin et jusqu'aux dérives languagières et frontistes, la section est devenue l'otage d'un quarteron. Pour faire de la politique, il faut regarder plus loin que son quant à soit.

Lorsque les choses en arrivent à ce stade, l’abandon des citoyens devient encore plus grand. S’opposer pour s’opposer, au risque de favoriser le rejet global et le « tous pourris » si cher à Mélenchon et Marine le Pen. Car ne nous y trompons pas, ce sont ces deux-là qui gagnent objectivement à ce petit jeu. Et pourtant, malgré leurs vociférations, l’électorat ne les soutient pas. Observez et écoutez la brutalité, le racisme et l’antisémitisme qui règnent chez tous ces intégristes anti IVG et mariage pour tous, ces bretons en bonnet qui manifestent pour leurs patrons et qui refusent les taxes, mais qui n’oublient pas de demander les aides de l’état ! Manipuler les réseaux sociaux pour faire naître d'abord le doute, puis la  certitude que la rumeur n'en est pas une, pour les plus fragiles d'entres nous ! Il y a du Goebbels dans cette méthode et, l'ambiance devient propice à jetter dans la rue tous les fanatiques de la violence. François Hollande reste un exutoire idéal pour tous ces faschos embrunis. La droite jubile et attise sciemment la braise de quelques esprits ravagés tels Saural, Dieudonné, Finkielkraut, Farida Belghoul ou plus tristement encore le « Minute » quotidien que représente pour notre pays, le Figaro de Mr Dassault.

 

Alors, dans ces temps ou le chaos semble être préféré par ceux qui refusent la démocratie, il me paraît peu crédible sous prétexte d’améliorer le choix des électeurs d’offrir à tous ces réactionnaires, le champ des divisions à gauche. Sauf à l’être dans le simple but d'exister, la présence d’une seconde liste de gauche à Istres n’apportera rien d’autre que la réjouissance à droite. Quel esprit pervers faut-il avoir comme militant socialiste, de se mettre en congé de son parti, quand on sait quels résultats ont obtenu les derniers utilisateurs de ce procédé lamentable ! Les rumeurs, les rancunes personnelles, voire le simple besoin d’exister, ne justifient en rien l’image dégradée qui restera une nouvelle fois de cette gauche qui pourrait-être utile mais qui s’enferme dans un obscurantisme stérile. L’histoire des sièges qui échapperaient grâce à leur présence au FN, démontre en plus leur méconnaissance de l’application d’un score majoritaire à deux tours. Que le rassemblement réalisé par François Bernardini ne convienne pas à tous, j’en conviens volontiers. Mais au moins, que ceux qui au PS ont tout fait pour faire échec à toutes propositions de rassemblement s'abstiennent de jouer aujourd’hui les sauveurs de la gauche. Cela me paraît-être une fumisterie sans nom. Sauf bien sur, pour de vrais ringards en mal d’existence! Les istréens ne seront pas dupes et j’appelle dès aujourd’hui tous ceux qui espèrent encore une gauche responsable et constructive, à dénoncer cette candidature encore plus indigne qu’inutile. 

Par Alain Detavernier - Publié dans : Politique Locale
Voir les 0 commentaires
Vendredi 17 janvier 2014 5 17 /01 /Jan /2014 09:57

 

Après la conférence de presse du président de la république, le moins que l’on puisse dire est que la presse opte délibérément pour joindre l’utile….. au désagréable. En effet quoi de plus important que la vie privée du président pendant que celui-ci annonce ni plus ni moins qu’une relance dynamique de notre économie ! Sauf que les intérêts financiers des groupes de presse ne sont pas les mêmes que ceux du français moyen, du jeune au chômage ou du chef d’entreprise en quête de développement. Mieux vaut vendre du papier!

A force de lire et d’entendre que depuis dix-huit mois rien n’a été fait des promesses de 2012 et bien regardons un peu dans le détail, les suites du discours du Bourget.

Mon adversaire, la finance ! Tout d'abord une loi française séparant banques de dépôts et d'affaires, puis une loi européenne voulue par F. Hollande rendant les banques « seules solidaires » de leurs faillites éventuelles. Ensuite arrive l’obtention de la levée du secret bancaire des paradis fiscaux (retour massif des fraudeurs), puis la symbolique création d’une tranche à 75% au-delà d’un million d’euro/an et beaucoup d’autres actions moins visibles.

Soutenir l’éducation nationale et priorité à la jeunesse ! 2012/2013 création de 150 000 empois d’avenir plus 50 000 en 2014. Création du contrat un jeune embauché pour un départ en retraite à venir. Création de 60 000 emplois dans l’éducation nationale et aujourd’hui l’ajout d’un effort important au profit des anciennes ZEP avec revalorisation immédiate du salaire des enseignants dans ces zones en difficultés structurelles.

Réforme des retraites et social. Deux toutes petites actions, qui bien sûr, soulevaient le plus de divisions mais qui bouleversent notre société. Dans un cas, prise en compte des travaux pénibles et d'une formation validée sur toute une carrière. Dans l’autre, reconnaissance du mariage pour tous  qui donne à la France le droit d’être une société moderne qui vit avec son temps. Dans le même temps des décisions ont sécurisé les lois permettant l’avortement libre car les mêmes qui manifestaient contre le mariage pour tous ont montré leur volonté de revenir aussi sur cela. Vous avez dit réactionnaires?

Je réduirai le chômage et j'obligerai l’Europe à réduire la rigueur budgétaire. Incontestablement il y a un ralentissement du chômage même si l’objectif reste l’inversion de la courbe. Concernant le déficit budgétaire, il est en nette réduction alors qu’en 2012 et 2013 il a fallu assumer les engagements non financés de Sarkozy. Supression des heures sup non imposées. Simultanément, comme promis durant la campagne la France obtient de l’Europe et du FMI, la réduction de la rigueur budgétaire qui s’ajoutait à la crise financière.

Voila ! Il en manque beaucoup et d’autres actions comme les interventions militaires, l’échec du sauvetage de certaines entreprises sont eux aussi une réalité que je regrette sincèrement. Mais qui croira hors Mélanchon, que tout n’a pas été fait pour empêcher ou réduire la portée de ces désastres industriels ? Penser que seule cette vision pessimiste va redonner aux français l’envie de se lever pour redresser ensemble notre pays, pourrait-être une erreur fatale. Bien sûr, milles et une raisons peuvent justifier la facilité qu’il y aurait à regarder ailleurs et ne plus voter ou à préférer le parti de l’intolérance et du « fascisme en tailleur ». Mais la république reste unie et indivisible ! Il est largement temps que tous ceux qui peuvent faire force à l’échec, se rassemblent et s’unissent, même si ensuite chacun reprend son chemin.

Concernant ma ville d’Istres. A titre personnel, je suis extrêmement heureux que des personnalités d’envergure nationale comme Samia Ghali, Patrick Mennuchi, Eugène Caselli, Arlette Carlotti, Christophe Masse ou Vincent Burroni soient sortis de leur silence pour dire leur approbation du choix de François Bernardini de rassembler les forces vives de notre ville. Du gouvernement au département en passant par l'assemblée et le sénat, toutes les strates de notre république sont ici représentées. Que l’on me comprenne bien concernant la liste "Nous sommes Istres". Politiquement l’étiquette politique de certains ne m'enthousiasme pas, mais ils font partie du choix démocratique local. Au sein de l’équipe municipale, ils devront comme tout élu majoritaire, accepter une solidarité sans faille tout au long du mandat et pour tout le programme! Cette stratégie de rassemblement gagne aujourd’hui une grande partie des communes de France. La crise économique et sociétale que nous traversons, n’y est pas étrangère. Il faut se relever les manches durant un temps et ensuite une fois à l’abri des récifs, nous pourrons de nouveau regarder nos différences.

J’ai aujourd’hui malheureusement bien plus de trente années de socialisme militant et un peu plus de syndicat. J’aimerai que ceux qui croient encore à Jaurès, Blum, Guesde, édouard Vaillant ou Mitterrand acceptent simplement de faire confiance à ceux qui depuis longtemps travaillent à changer notre société. Sans révolution, sans dogmes, sans aprioris. Juste avec l’idée que l’homme dans ce monde est bien plus important que le reste. Notre section socialiste d’Istres est encore capable de montrer cette sagesse avant que l’électorat istréen ne lui montre lui son désaveu. Avant de réagir sur des problèmes de personnes, il serait temps d’agir dans le seul intérêt de nos concitoyens. C'est pour cette raison que malgré 2008 et les trahisons, je soutiens la liste conduite par François Bernardini.

Les apparences que les médias donnent à l’action de François HOLLANDE sont aussi trompeuses que les craintes vécues par une minorité des responsables de la section socialiste d’Istres. Pour les médias je ne peux pas grand-chose, mais pour les militants d'Istres qui sont inquiets, je leur dis simplement et ce depuis trois ans, « rassemblons la famille ! ».

Des trains arrivent à l’heure. Prenons-les ! 

Peut-être que ceux qui arrivent en retard, n’arriveront jamais. 


Important : Une bonne action culturelle, pour que de jeunes artistes puissent continuer leur oeuvre istréenne! 

Vous le savez (ou pas) mais Jean Luc a créé l’an dernier une comédie musicale (il a tout fait avec ses petits doigts…) le spectacle a été un succès  (près de 3000 spectateurs quand même…) ! Face à la demande, l’idée est née d’enregistrer l’album !! ci-dessous un lien de pré-vente de cet album histoire qu’on ait les moyens d’aller en studio…

         Si ça vous dit….                 http://www.kisskissbankbank.com/tersis-le-disque?ref=search

 


Par Alain Detavernier - Publié dans : Politique Locale
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 19 décembre 2013 4 19 /12 /Déc /2013 18:16

marianne_ancienne_1239283961.gifLa Provence du 10 décembre dernier m’apprenait que la lecture de ce blog avait servi à une journaliste pour commenter l’action de rassemblement menée par François Bernardini. Tant mieux! Dans ma famille politique, je souhaite depuis longtemps qu’après les chicayas locales qui ont conduit à la division, la section locale du PS puisse contribuer d’une façon ou d’une autre à la vie municipale. En 2008, ma candidature face à celle de François Bernardini fut tout autant une opportunité militante, que l’expression d’une différence d’approche politique proposée aux Istréens. Humainement, même après un échec électoral, je garde de l’affection et du respect pour notre maire, par-delà nos singularités. Adversaire mais jamais ennemi, sinon il nous faudrait faire autre chose! La vie politique est forcément parfois douloureuse pour un élu, mais il doit s'obliger à dépasser les luttes partisanes afin d’agir dans l’intérêt général. Très récemment pour Mandela, la planète entière assistait aux obsèques d’un géant qui a su, après vingt-sept années d’enfermement, tendre la main à ses geôliers pour que son pays et pas seulement son peuple, retrouve son unité. Istres est bien sur très éloigné de cette situation, mais je refuse l’idée même que nos divisions puissent être un alibi à l’expression d’un vote de colère, bénéficiant à un parti, qui ne mérite même pas d’être cité ici. Alors, nous devons agir pour que jamais ce courant de pensée, intolérant, xénophobe et raciste, ne puisse se targuer d’un quelconque résultat, fusse-t-il modeste, sur notre commune. Au regard de l’histoire de France et tout comme l’un de nos anciens maires (un socialiste) a su courageusement dire non au pétainisme, nous devons préférer la république des démocrates à l’aventure extrémiste. Vitrolles fut une erreur, mais aussi la preuve que ce parti ne peut être une solution. Après l’élection présidentielle, certains à droite ont de nouveau mis en doute la légitimité de François Hollande au pouvoir, exigeant qu’il répare en 18 mois, 10 années de saccages. Donc, dans ce contexte national où l’effort demandé à chacun peut inciter des électeurs à des choix inconsidérés, nous devons tous dépasser nos différences pour montrer à ceux qui désespèrent de la république, qu’elle reste la seule issue possible sans perdre son âme. La présence de personnes aux sensibilités différentes, voire très différentes de la mienne, ne doit pas être un obstacle pour une liste communale. Le manque de diversité peut aussi motiver une telle liste, à condition que de facto, les nouveaux soutiens intégrent le programme de la majorité. Divers Gauche depuis plusieurs élections, la municipalité actuelle semble satisfaire la majorité des istréens. Après tout, ce sont bien eux qui décident de leur futur et à ce jour, seule cette liste existe à gauche, pendant que la droite présente deux listes. Il sera difficile de prétendre que l’UMP ces dernières années ne s’est pas aventurée sur les thèses du FN, allant jusqu’à comparer le supposé sectarisme socialiste et celui du FN selon un ex premier ministre. Même le défenseur du pain au chocolat, J.F Copé n’avait pas osé ! Je passe sur Roland Chassain, futur "exclu" selon Copé l'UMP mais investi par l'UMP de Copé aux Saintes! Alors lui et quelques autres font directement appel à voter FN, lorsqu'ils s'effacent pour un second tour. Face à ces actes lamentables, politiquement, choisir le rassemblement n’est ni du courage, ni de l’opportunité, mais plutôt faire en sorte que la résistance s’organise . 

 En cela, c’est un devoir républicain. 

Par Alain Detavernier - Publié dans : Politique Locale
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Samedi 7 décembre 2013 6 07 /12 /Déc /2013 21:23

FOTO-DETAV-EXT-copie.jpg Depuis mars 2008, il m’a fallu faire en sorte non pas seulement d’accepter un échec, mais surtout de comprendre pourquoi l’envie d’être maire d’Istres, m’avait amené lors d'une période de politique locale compliquée, à être candidat. Vingt années comme élu de cette ville n’auront pas suffi à me désespérer des hommes! En 2008, j'ai découvert naïvement que l’adversité politique n’était pas en face, mais dans mon propre camp. Pourtant, la liste « Authentique et Fraternelle » avec 17% au premier tour n’avait pas démérité. Son retrait dans la dignité, sans compromission et avec respect pour ses électeurs, nous a permis et je le dis particulièrement pour ce qui me concerne, de pouvoir marcher la tête haute, sans jamais devoir baisser les yeux devant qui que ce soit. Et ceci, pas plus lorsque j'ai refusé la proposition "fairplay" du gagnant pour siéger avec le Grand Istres au SAN, que lorsque mon expertise professionnelle m'a permis de contribuer aux chances de développement de la plate forme aéronautique Istréenne, futur pôle d'entreprises et d'emplois. 

Durant les six dernières années, nombreuses ont été les demandes pour savoir si je repartirai et avec qui ! En attendant, ce blog m’a permis de continuer à exprimer un point de vue purement personnel qui à chaque scrutin je le crois, m’a installé dans un rôle d’observateur attentif et vigilant de la vie politique. Depuis 35 ans comme militant PS, j’ai eu la chance de connaître l’ivresse des victoires et le goût amer des défaites. Pour être de gauche, il faut avoir en soi une part de rêve, ou d’utopie diront certains. Aujourd'hui encore, je garde les deux au fond de moi. Ce sont mes anciens camarades de travail qui m’ont inspiré le goût des luttes sociales et c’est avec la même espérance que j’ai continué tant bien que mal à fréquenter la section socialiste d’Istres. Pendant cinq ans, dernier mohican d’une époque passée, j’ai tenté malgré les oppositions imbéciles, de défendre ce que je crois avoir compris de Jaurès, Blum ou Mitterrand et donc, d’abord de rassembler ma famille. Depuis quelques mois, j’ai donc tenté de rapprocher ceux qui ne se parlaient plus que par article de presse interposé. Malgré les ragots et leurs stupides colporteurs, j’ai maintenu ce cap pour rassembler ceux qui regardaient à gauche, vers un même horizon. Puis ce fut l’arrivée d’un candidat parachuté d’extrême droite avec comme conséquence, l'expression du non choix des dirigeants de la section en cas d'un éventuel second tour Bernardini / FN. Cette hérésie politique de nos responsables, déjà m'incitait à devoir prendre publiquement position. Puis, Jeudi dernier lors de l'ultime réunion annuelle, il a été envisagé pour la première fois depuis 40 ans à Istres, que le PS ne soit pas présent ! Des militants dévoués et prometteurs risquaient ainsi de ne pas connaître le plaisir d’une élection, pour peut-être servir leur ville et leurs concitoyens. En conséquence, j’ai décidé d’appeler les militants socialistes à être présents "coûte que coûte" face au FN, à agir et faire obstacle à ce danger avec leur étiquette du poing et de la rose. 

En 2008, j’ai porté officiellement et fièrement les couleurs socialistes. François Bernardini était candidat sans investiture mais chacun sait que la plupart des voix de la liste « Authentique et fraternelle » se sont portées sur son nom au second tour. Nos différences politiques ne sont rien par rapport à celles qui nous séparent des extrêmes. Au contraire, elles nous obligent à l'effort en commun!

La stratégie de la famille Le Pen est claire et la souffrance de nos concitoyens pour effacer les méfaits du sarkozysme, ne doit pas être un prétexte pour choisir un remède pire que le mal. En 2002 la droite républicaine a pu constater combien la gauche et ses électeurs étaient attachés à notre république et sa démocratie. Même si je la respecte, que la droite locale se divise n’est pas mon problème, que des grincheux se tortillent ou que de vieux chevaux de retour s'agitent frénétiquement, tout cela ne m'émeut pas le moins du monde. Quoi qu'il advienne, les extrêmes deviennent objectivement complices! Par exemple, les insultes de J.L Mélanchon contre le gouvernement sont la preuve que par rancune, le "Che Guevara des vides greniers" est rongé par le désespoir d'être définitivement out ! Son esprit a "lepenisé" son action.

C'est pour cela que la gauche ne peut favoriser par l’éclatement de ses voix, l’émergence d’un fascisme masqué. Ceci reste de ma responsabilité d'homme, de citoyen, d’ancien élu de la ville et dernier candidat du PS à Istres. Alors, même si je ne souhaite pas repartir pour une course électorale, je souhaite néanmoins que la gauche se rassemble pour maintenir le FN hors d’Istres et faire que notre ville reste et demeure fière de son histoire politique, sans tâche ! 

J'aurai préféré écrire sur le géant "Nelson Mandela" ou sur la probable inversion de la tendance du chômage promise par FHollande, mais que dans mon propre camp des inconscients se préparent de nouveau à faire prendre des risques terribles aux Istréens, m'est apparu bien plus que dangereux. Alors tout le monde ne sera pas content, mais moi en conscience, je suis serein et tranquille.

Par Alain Detavernier - Publié dans : Politique Locale
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Samedi 19 octobre 2013 6 19 /10 /Oct /2013 14:52

           article hollande contentDans un contexte politique difficile, la puissance des médias nous mène à confondre une victoire du FN dans un canton de 4000 âmes, qu’il détenait auparavant, avec la gestion d’un pays de 65 millions de décideurs potentiels. Les temps sont durs mais quand même.... Cela permet seulement aux allumés de tout bord d’accuser à la fois le gouvernement en place, le nouveau président élu et cerise sur le gâteau, de mettre en cause une république à bout de souffle !  N’en jetez plus, de grâce n’en jetez plus !

Finalement, la maxime « Ma république pour Brignoles » sonne bien mieux que « mon royaume pour un cheval ». Dérisoire, médiocre, pour tout dire authentiquement minable. Loin de moi l’idée de nier l’évidence d’un gouvernement qui « patachone » autant que l’opposition « caquette ». Vous ne trouverez ici, nul argument pour nier l’évidence d’une orientation plus économique que sociale de la politique menée par Ayrault/Hollande. De fait la déception est là et si l’électeur qui a voté Hollande est déçu, le militant lui est blessé car il sait qu’au-delà des provocations et moqueries qui vont l’atteindre, il n’a pas d’autres choix que de rester debout et lutter contre les décisions qui le contrarient lui aussi. Sinon, quoi d’autres de possible ?

Suivre Mélenchon dans ses excès, s’est objectivement apporter son soutien au FN. Construire son existence sur la faillite des autres est typique d’une vision passéiste et ringarde.

Convoler avec le centre de Bayrou serait une utopie. Non pas que les électeurs et les représentants de cette « non tendance » soient des incapables, mais la France a enfin compris que réfléchir longtemps pour ne décider de rien, était parfaitement inutile.

Reste l’opposition nationale UMP. Elle se contente d’avoir oublié très vite les raisons de son renvoi en mai 2012, de nier l’échec économique catastrophique issu de dix années de gestion libérale, d’omettre le choix délibéré d’accroitre les charges sur les plus défavorisés au profit exclusif des plus riches, d’oublier que 18 mois avant la présidentielle aucun licenciement massif ne devait être annoncé mais était reporté après Mai 2012! Qui peut penser honnêtement qu’en 18 mois de gestion Hollande, rien n’a été fait et que dans le même temps, il aura fallu absorber tout ce qui était caché sous le tapis Sarkozyste ! Que sont devenus les triples A, les invectives du FMI, la crise de l'€ et de la finance?

Alors que devons-nous faire ? Pleurer, accuser les autres, prier et invoquer le retour de je ne sais quel mage pour sauver notre pays de l’ivresse Frontiste ? Bien sûr que non ! Regardons l’exemple de la droite américaine qui a enfanté le Tee Party. Non seulement elle génère le blocage des services publics parce qu’un président démocrate et noir ose timidement faire du social, mais ailleurs, la même droite justifie un amendement constitutionnel qui fait que, des centaines de victimes par armes à feu jonchent parfois le sol de grandes surfaces, des universités et des écoles du pays. Au moins il y a cohérence, avec moins de policiers, moins de soins psychiatriques et plus d’armes, il y aura de moins en moins de chômeurs ! J’oserai en conscience faire le jumelage du Tee Party avec les propos d’un Fillon sur le sectarisme du PS face au FN, le pain au chocolat de JF Copé pour alimenter sa droite décomplexée ou les propos ambigus du leader maximo Sarkozy allant contre son propre pays, lors de ses conférences rémunérées à l’étranger. La gauche française elle,  peut s’enorgueillir d’avoir refusé toute équivoque en 2002 en appelant à voter contre le diable. Aujourd’hui, le risque est grand pour notre république lorsque le fascisme rampe et avance non pas derrière le drapeau du FN, mais caché derrière les ambiguïtés miséreuses d’un ancien premier ministre ou celles d’un ancien président de la république. Et pourtant tous se disent Gaullistes ! Justement lui qui à plusieurs reprises fit don à la France de son aura incontestée, en gouvernant avec tous les partis et les acteurs de l’après-guerre.

Qui a remis sous contrôle de l’OTAN la stratégie de défense française ? UMP. Qui dès le début de son mandat s’est opposé seul, à la stratégie européenne de réduction drastique des budgets sociaux? Hollande. Qui continu de renforcer l’amélioration des libertés individuelles comme le mariage pour tous ? Hollande. Qui a augmenté de 150% son salaire de président? Sarkozy.  Qui a entamé la baisse des indemnités scandaleuses des élus nationaux et initié la loi contre le cumul des mandats? Hollande. Qui a réinstallé la libre désignation des responsables de l’audiovisuel public ? Hollande. Tant et tant d’autres choses ont été faites que la liste inscrite ici,en serait trop longue. Mais tant d’autres choses restent à faire que l’on ne peut accepter d’être ralentis par des effets médiatiques ou par une opposition en pleine dérive doctrinale.

Réajuster modestement certaines aides sociales dans le même temps qu’il soulage largement la fiscalité des entreprises, est inconvenant pour ce gouvernement. Non pas que certaines entreprises ne le nécessitent pas, mais préserver la production industrielle et la marge financière en oubliant que d’autres manquent de l’essentiel, est insupportable sous la droite et devient inacceptable sous la gauche. Même des « pigeons » bien intentionnés ne peuvent être prioritaires face à des chômeurs !

Etre de gauche, c’est d’abord choisir l’être humain. Si la misère ne recule pas de suite, qu’au moins l’injustice ne soit pas acceptée ! Certes le partage n’est possible que si l’économie produit de la richesse, mais à contrario, la richesse  sans partage devient éphémère ! On gagne toujours à être fidèle à ses rêves, surtout si on les a partagé!

Voilà, après une année de silence sur ce support informatique, j’avais quelques réflexions personnelles à mettre en forme. Dans l’état d‘esprit qui règne en ce moment dans la presse et dans le petit monde politique istréen, je ne pouvais rester silencieux. Autant mes camarades socialistes d’Istres, de Marseille ou de Paris me paraissent déboussolés par la rudesse de leurs charges, que je reste persuadé que seule la solidarité de notre famille est la seule issue possible. De la même manière qu’il est acquis qu’il faut se retrousser les manches pour se sortir d’une mauvaise situation, par exemple celle de notre économie, il ne saurait être plus constructif de continuer à Istres comme à Marseille, de se diviser éternellement. Les citoyens attendent autre chose de nos élus et de ceux qui prétendent l’être. Même déguisé de charme féminin et enrobé d'un discours moins brutal, le FN l’a bien compris et tel le prédateur, il guette patiemment le moment opportun. La République n’est pas seulement un concept démocratique, elle est aussi une manière de vivre ensemble avec une dose de combativité certes, mais également une dose de tolérance. Se rassembler n’est pas se compromettre, et contribuer n’est pas collaborer.

Etre responsable, c’est aussi envisager de faire confiance. Il y a  tout juste un an j’écrivais sur ce blog « Cap Hollande ». Toujours sans crainte parce que j’espère dans l’homme, je lui fais confiance pour la fin de son mandat. Ensuite, nous jugerons sur pièce le travail accomplis. C’est le contrat que les français ont signé avec lui, même si certains ont plutôt signé un billet de sortie à l’autre. Le temps des lois qui crépitaient est révolu, la vie parlementaire est de retour et il faut lui laisser du temps pour réinvestir la Vème république. Je fais confiance à la majorité parlementaire pour freiner et corriger les dérapages d’un Valls s’il le mérite, tout comme ils ont corrigé sans faillir un Cahuzac et d’autres si cela s’avère nécessaire. Ensuite, chacun rendra compte de son mandat et présentera l’avancement de ses travaux. Seuls les électeurs pourront rompre ce contrat. En temps normal, ni la rumeur, ni la cabale ne peuvent circuler par les oreilles ou la bouche des gens honnêtes. C’est le prix à payer et c’est celui d’une démocratie apaisée.

PS : Pour ou contre, les commentaires ne sont pas refusés sur ce texte, mais il vaut mieux qu'ils circulent là où ils seront plus utiles.

Par Alain Detavernier - Publié dans : Politique Nationale
Voir les 0 commentaires
Mercredi 14 novembre 2012 3 14 /11 /Nov /2012 16:18

hollande-énergie-620x450

Après une absence longue et choisie sur la toile, il est temps de revenir à la politique. Non pas que les évènements et les actions ne méritaient pas d'article ces derniers mois, mais après la présidentielle et les législatives, il était urgent de se détacher un peu de l'actualité. Les médias déçus de ne plus avoir leur torrent quotidien de "sarkozyte", étaient déçus devant le retour d'un président qui préside et d'un premier ministre qui gouverne. Pour eux, cela devient forcément un président absent et un premier ministre sans autorité !  Pourtant sous la cinquième république, les rôles et les pouvoirs sont définis par la constitution et sauf à penser que le gaullisme n'existe plus à l'UMP, cette pratique entraîne également le respect du rôle des deux assemblées. Je sais, cela est triste mais pour l'opposition, il reste les couacs !  Quoique.....

Bref le gouvernement Ayrault a bel et bien agi depuis son arrivée et le programme ainsi que les propositions du candidat HOLLANDE prennent toute leur place de semaine en semaine. Elles déçoivent ceux qui espéraient qu'il les abandonne et mécontentent ceux qui en votant pour le candidat de gauche au second tour s'autorisent à dire que de fait, leurs exigences deviennent la nouvelle perspective du projet.... Que diable camarades, le président élu par la gauche a cinq ans devant lui et comme de plus il l'avait précisé avant le 1er tour, tous ceux qui rejoindraient la majorité sur son programme, seraient intégrés au gouvernement, sans négociation. Pour les autres, ils auraient probablement une oreille attentive, mais certainement pas les mêmes pouvoirs. D'ailleurs si les français avaient souhaité un autre projet, ils ont eu deux occasions pour le dire et le faire ! Il n'en fut rien, donc la démocratie veut que le parti majoritaire impulse la feuille de route de la nation. Ceci étant, il vaut mieux un "pédalo" démocratique en France qu'une péniche de dictature en Chine.  

Pour sa première conférence de presse, François Hollande a démontré la force de son projet et la cohérence des actions engagées. Il a intelligemment ignoré les attaques injustes de cet été et répondu aux questions directes et pertinentes, d'une assistance professionnelle dans son rôle d'information des citoyens. Le temps passe et la vérité demeure. Nul besoin de manipuler ou d'exagérer les informations. François Hollande a assumé toutes les décisions prises, mais également celles qui devront attendre. L'emploi reste sa priorité et le déficit des finances ne devra plus servir à justifier le recul des services publics ou l'abandon des solidarités comme la sécu ou les retraites. Les patrons qui pendant dix ans ont pourtant été privilégiés sur le dos des salariés, ne pourront plus accuser le gouvernement Ayrault de mépriser les entrepreneurs puisque pour qu'ils regagnent en compétitivité et donc en part de marché, ils bénéficieront de crédit d'impôt. Résumons: si les exportations et l'emploi redémarrent, ils seront gagnants !  A eux de démontrer leur savoir faire.

En parlant de savoir faire, les élections du 1er secrétaire de la fédération des Bouches du Rhône et celle du secrétaire de la section d'Istres vont être déterminantes pour l'avenir. Pour Mr Ciot, 1er secrétaire sortant, la commission "Richard" mandatée par Martine Aubry était en droit d'espérer un changement réel dans les pratiques de cette fédération. Il n'en a rien été et son départ est aussi urgent que souhaitable. De plus, devenu député et maire de Puy St Réparade, il a de quoi s'occuper surtout avec la fin prochaine du cumul des mandats. Nathalie Pigamo sera donc ma candidate à cette fonction pour l'accomplissement du changement initié par Marie Arlette Carlotti.

Concernant la ville d'Istres le problème est différent. Sans revenir sur les dix années passées, comme je l'ai dit en section à Mrs Ciot et Granié, après avoir divisé depuis Marseille les militants, il est temps de rassembler la famille socialiste istréenne. Elle a beaucoup entrepris et réussi pour la ville, la région et le département. Il est injuste qu'aujourd'hui sa population soit prise en otage dans tous les projets nécessitant un partenariat. Il est nécessaire de rassembler ce qui est épars, et d'oeuvrer enfin pour que jamais le FN ne prenne le pas sur l'opposition tricéphale (UMP, Radical et dissidents socialistes). Avec les fermetures potentielles d'industries sur notre bassin d'emploi et le recul de la croissance économique, il va être indispensable de grouper nos forces pour éviter le naufrage. Dans ce contexte, il ne saurait être question d'une autre exigence que celle-ci: "Rassemblons, rassemblons et rassemblons encore!" 

Jean-marc Manenq a expérimenté bénévolement depuis longtemps la gestion de nombreux clubs sportifs aux besoins très différents. Dans ce cas, il est impératif de concilier les attentes. Il milite également discrètement mais sérieusement au PS depuis de nombreuses années. A mon sens, il est le mieux à même de réaliser ce rassemblement istréen. L'autre candidat n'est en rien incompatible, mais ses exigences sont plus marquées et son caractère moins adapté à cette mission difficile. Il garde cependant toute sa place au sein du prochain bureau de section et j'espère que l'on ne renouvellera pas les maladresses qui ont suivi la dernière élection.

Ah j'oubliais de vous dire ! Face à mon opposition,  la direction actuelle de la fédération PS a pris la peine d'encaisser ma cotisation et choisi de ne pas m'inscrire sur les listes électorales. Je vous le disais, il faut renouveler les cadres pour changer les pratiques.

Alors résumons-nous: Pour mes camarades socialistes "authentiques":

1-Votez Pigamo Nathalie pour la fédération est un impératif.

2-Pour la section d'Istres votez Manenq Jean-marc est une action sage et durable.

3-Pour la France, pas de soucis le cap Hollande est clairement à babord!

Par Alain Detavernier - Publié dans : Politique Locale
Voir les 0 commentaires

Texte Libre

banniere

 
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés